Les désarrois de Ned Allen, de Douglas Kennedy

14 04 2011

9782266199223.gif

Présentation de l’éditeur

New York. Ses tours gigantesques où se décide le destin du monde. Son fourmillement perpétuel. Ses golden boys fringants, auxquels rien ni personne ne résiste…
Ned Allen en est. Petit provincial à l’extraordinaire bagout, il s’est fait une place au soleil. Si lui et sa femme Lizzie vivent un peu au-dessus de leurs moyens, ils ne s’en inquiètent pas: à New York, le talent permet tout. La situation de Ned, responsable des ventes publicitaires pour CompuWorld, le petit magazine informatique qui a tout d’un grand, ne peut encore que s’améliorer. Sauf coup du destin. Et le destin ne ménage pas ses coups. Du jour au lendemain, CompuWorld change de propriétaire, licencie en masse: Ned est du nombre. Chassé par sa femme, à la rue, il ne peut qu’accepter la proposition malhonnête d’un ami d’enfance. Quitte à emprunter, entre les tours, un chemin qui a tout d’une impasse…

Ma critique

Ce livre est le 1er de Douglas Kennedy que j’ai lu. Au début, j’avoue avoir eu un peu de mal à me plonger dans l’histoire et à m’attacher au personnage. Celui-ci croit être le roi du monde, et rien ni personne ne peut l’arrêter ni le rabaisser. Mais au fil des pages, le vrai style Kennedy se révèle. Le personnage de Ned devient attachant dans son combat pour s’en sortir. Plus on lui mets des bâtons dans les roues, et plus il avance pour remonter. A travers ces miséricordes, il fait la découverte de lui-même. Jusqu’où est-il prêt à aller pour réussir?
L’histoire est bien ficelée, mais reste un peu compliquée. Ce n’est pas un bon choix pour commencer les Kennedy, mais il est tout de même un bon bouquin qui se lit facilement.

Ma note

6/10


Actions

Informations



Laisser un commentaire




إن ا ... |
smalthescorporation |
Récits à partager |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | froissartpatryck
| Marcel Pronovost Livres
| mmeazza